A la une

Dernière mise à jour le 07/11/2018

[Cet article n’est pas tout à fait fini, les photos venant le ponctuer arriveront bientôt ! En attendant, bonne lecture 😉 ]

 

Ça y’est, la première étape de notre projet a pris fin récemment. Ces quelques 7 jours passés à Mexico ont été très riches en émotions,  rencontres et découvertes.

En voilà un petit résumé illustré …

Départ de Paris CGD après quelques jours passés chez monsieur et madame les parents de David pour finir les préparatifs du projet. Au programme : achat de matériel, relance de contacts, préparation de nos premières étapes, préparation des sacs, et bien d’autres choses encore…

Enfin prêts (ou pas !), notre premier vol nous emmène aux USA où nous faisons escale une dizaine d’heures. Plus tard, un 2e avion nous emmène enfin au Mexique. Camino de Solidaridad devait initialement commencer dans cette ville, mais la situation politico-sociale au Nicaragua nous a (notamment) obligée à changer nos plans (NB de David : je pense très fort à touts mes amis nicaraguayens rencontrés pendant mon projet compa <3). Les billets d’avion étant déjà pris, nous avions une escale forcée au Mexique, alors pourquoi ne pas s’y arrêter quelques jours ? Surtout à quelques jours de la fameuse fête des morts !

Au total, environ 24h de trajet depuis Paris. Nous arrivons … Fatigués ! Sur place, notre contact Javier (dit Lobo) nous accueille à l’aéroport. Déjà, les complications arrivent. La personne censée nous accueillir sur place – une amie de Lobo qui s’appelle Carmen – ne pourra pas nous accueillir tout de suite car elle est malade (ah les sales monelles…).

Bref, après discussions et analyse de la situation Lobo nous déniche un autre petit nid auprès d’une famille scoute. Chic, nous ne dormirons pas dans la rue pour notre première nuit sur place.

Après une première journée passée à manger des tacos et nous balader dans la ville (notamment sur le superbe site de la basilique de Guadalupé) avec Lobo. La journée touchant à sa fin, exténués nous allons investir la chambre qui nous est gracieusement prêtée par Chucho et Ross ; sans compter leur fils Ivan et son cousin Uriel qui nous accueillent à bras ouverts. Morphée nous accueillera tous dans ses bras en quelques minutes.

Le lendemain, réveil et petit dej’ céréales-lait-café-oeufsbrouillés. Nous partons ensuite en voiture pour le parc de Chepultepec et son château avec Uriel et deux de ses amis : Rebecca et Diego. Nous apprenons qu’ils ont dormi seulement deux heures avant de se lever pour nous emmener voir les merveilles de leur ville. Chapeau bas. Chacun d’entre nous se demande s’il aurait fait la même chose pour des étrangers de passage en France.

Ballade dans le modeste parc (à peine 4 fois central parc en plein centre de Mexico), visite du château et historique du Mexique à travers son musée, puis détour par le jardin botanique du parc avant de partir manger… des tacos ! Rassasiés comme il faut, nous aurons le droit à une balade digestive en voiture pendant quelques 2,5 h à tourner dans le centre de Mexico, tentant de rejoindre un défilé organisé en l’honneur de la fête des morts. Les aléas des blocages routiers et de la circulation auront finalement raison de notre objectif, et de nos hôtes chez qui le manque de sommeil se ressent de plus en plus.

La journée se continuera autour d’un dîner quesadillas (sortes de gros tacos fermées à la cuisson) excellent, et gracieusement offert par Chucho. Plus tard avec Uriel et Ivan, nous retrouverons Diego et Rebecca pour aller à une soirée. Sans plus d’informations nous y allons. La soirée se passera très bien ; autour d’un groupe de rock, quelques cervezas et un apprentissage de Cumbia pour Pauline et David. La fatigue se fait malgré tout ressentir.

Une fois de plus, nous passons la nuit chez Chucho et sa famille car Carmen n’est pas encore d’aplomb. Cela nous gène d’ailleurs d’être si bien accueillis malgré notre arrivée chez eux « à l’improviste ».  Au réveil, un matin de plus nous retrouvons des « squatteurs » ayant passé la nuit sur le canapé du salon alors que nous sortons de la chambre qui nous est prêtée. Aujourd’hui, c’est décidé ! Soit Carmen peut nous accueillir cette nuit, soit nous nous débrouillons de nous mêmes mais il est hors de question d’abuser de l’hospitalité de ces hôtes merveilleux.

Pour cette 3e journée, nous sommes gentiment déposés dans le centre-ville de Mexico par Chucho et Ross qui sont désolés de ne pas pouvoir nous accompagner car ils travaillent, le WE étant terminé. Nous soulignons une fois de plus leur sens de l’accueil – ils font tout pour que nous soyons « comme chez nous », comme ils nous le répètent si souvent. Maladroitement (la barrière de la langue n’aidant pas), nous leur montrons notre reconnaissance.

Nous sommes ravis de pouvoir évoluer de manière autonome dans la ville. Et aussi de nous retrouver tous les trois. Nous visiterons ainsi el Angel de la Independencia, le monument de la révolution, le palacio de Bellas Artes et la torre latinoamericana. En fin d’après-midi, nous échangeons via What’s App avec Lobo qui nous annoncera que Carmen se sent mieux et qu’elle est disposée à nous accueillir dès ce soir. Super ! D’autant que notre autre option (Airbnb) nous permettant de ne pas abuser de l’hospitalité de Chucho nous aurait coûtée plus cher.

Retour chez Chucho et Ross en fin de journée où nous préparons nos sacs en attendant Lobo. Après des au-revoir et remerciements, nous partons pour la casa de Carmen. Là encore, nous serons accueillis « comme chez nous », dira-t-elle dès notre arrivée. Charmante, elle nous montre notre chambre pour les 5 prochaines nuits. 9 m2 à trois (avec quelques meubles ici et là) ; c’est amplement suffisant, lui répondons-nous lorsqu’elle nous propose de dormir également dans le salon. Après un repas léger amplement suffisant (le premier depuis notre arrivée), au dodo !

Carmen étant partie au travail de bonne heure, nous nous réveillons tranquillement, prenant la matinée pour avancer sur l’organisation du projet. Discussions avec nos contacts pour la suite, comptabilité, planification comptèrent parmi nos occupations du moment.

Déjeuner sur place puis nous prenons le métro pour la première fois, sans encombres, pour rejoindre le centre et visiter la plaza de la constitucion ainsi que la cathédrale de Mexico. Nous continuerons à nous balader jusqu’à rejoindre Carmen et Lobo pour un dîner dans une taqueria. Vous l’aurez deviné, ce soir là nous avons une fois de plus goûté aux délicieux tacos de Mexico. Cette fois-ci, nous insistons pour inviter nos hôtes.

Le lendemain, cap Teotihuacán. Nous prenons le métro puis attrapons un bus pour aller visiter le fameux site archéologique. Journée touristique riche en découvertes culturelles, nous avons tous les trois été émerveillés par ces réalisations immenses et impressionnantes datant d’environ 100 à 600 après J-C si nos souvenirs sont bons. Ce qui nous a le plus marqué à part ça ? Sans aucun doute les Graouuuus (= cris de Jaguars). La faune locale ? Presque ! Ce sont en fait les nombreux vendeurs ambulants qui, présents tous les 50 m environ sur un parcours d’une douzaine de kilomètres soufflaient sans cesse dans leurs petits objets « attrape-touristes ». Sans manquement, chaque Graouuuu était suivi d’un « tiens, mais quel est donc ce cri ? » prononcé par l’un d’entre nous de manière ironique.

Le lendemain, fatigués par notre journée de la veille nous nous décidons à aller faire un peu de sport dans une salle d’escalade assez proche de chez Carmen. Les horaires d’ouverture sur leur site ainsi que Google Maps affichant tous deux 2:00 – 23:00, nous avions décidé la veille d’en faire notre activité du matin, pourtant surpris par cette ouverture matinale. Sans plus de suspense, nous arrivons sur les coups de 10 h devant une salle d’escalade… fermée ! Etant au nord de la ville avec rien ne pouvant convenir à des « touristes » décidés à attendre 4 h, nous rentrons chez Carmen puis y retournerons dans l’après-midi. Nous profiterons de ce petit contre-temps pour « visiter » une autre ligne de métro, puis pour commencer à repérer des véhicules potentiellement intéressants pour l’achat en vue de notre étape à Bogota.

Le jour suivant, la dernier passé sur place, nous commençons dans la matinée à contacter un ou deux propriétaires de véhicules colombiens nous intéressant sur le site mercado libre. Plus tard, nous irons faire un tour en centre-ville dans des quartiers commerciaux afin d’y trouver quelques souvenirs et cadeaux pour nos hôtes.

Pour Uriel, dont l’anniversaire (23 ans) est le soir même, nous trouverons une boussole achetée dans la boutique scoute sur laquelle nous inscrirons au marqueur permanent la direction de la France depuis Mexico. Nous lui expliquerons à sa soirée d’anniversaire que c’est une invitation pour lui, sa famille et/ou ses amis et qu’ils y seront (au moins!) aussi bien reçus qu’ils nous ont accueillis ici. Pour Lobo qui nous a tant accompagnés, nous avons trouvé un bel ouvrage sur Baden Powell (en espérant que ce scout émérite ne l’ait pas déjà !). Pour Carmen, en plus du petit pot de miel importé depuis la France et fabriqué chez et par M. et Mme les parents de David, une figurine de louvette très mignonne qui nous a beaucoup rappelée notre hôte. Chucho et Ross auront eux aussi reçu leur petit pot de miel fait maison. C’est bien peu à côté de ce que tous ces gens merveilleux auront fait pour nous mais nous espérons qu’ils y verront une petite attention venant compléter nos nombreux remerciements.

Notre séjour au Mexique se terminera donc sur la soirée d’anniversaire d’Uriel. Nous y retrouverons tous les amis que nous avions rencontrés précédemment (Diego, Rebecca et Pamela, ainsi que d’autres amis que nous ne connaissions pas, ou moins bien), sa famille (ses parents, sa grand-mère et son frère, entre autres), Chucho, Ross et Ivan, et quelques autres personnes également. Très riche en émotions, ainsi qu’en apprentissage de danse (Pauline s’est d’ailleurs largement démarquée dans cette discipline), la soirée finira sur une cérémoniale remise de foulard par notre famille d’accueil locale. Nous les recevrons, après avoir appris et récité la signification des symboles présents dessus (c’est un moment très important et qui signifie beaucoup en Amérique latine). Le moment le plus dur arrivera ensuite ; celui des adieux. Ou plutôt des au-revoir, espérons-nous tous ! Que ça soit en Amérique, ou plutôt en Europe.

Après des remerciements et au-revoir à Carmen qui était attristée de nous voir partir – sentiment partagé, même si c’est nous qui partions – Lobo nous accompagnera une dernière fois, pour aller à l’aéroport ; suite à quelques 4 h de sommeil (ou pas !). De nouveaux remerciements en nombre et derniers échanges très touchants termineront notre épisode « escale » au Mexique.

Le projet a à peine commencé que nous avons déjà vécu, appris et découvert tant de choses. Mais avant tout, rencontré tant de personnes avec un cœur comme nous en voyons peu. Déjà un peu bouleversés, nous nous demandons ce que nous réserve la suite en embarquant en direction de notre prochaine étape : Bogotá.

Translate »